Nous sommes en plein coeur de la capitale, entre Saint Paul et Bastille. Dans son atelier l’Ame du vitrail, Marie Pierre Bouaziz a fait de sa passion son métier. Cette femme entrepreneuse n’a pas hésité à repartir à zéro pour se lancer dans ce qu’elle considère comme un remède; la création et la restauration de vitraux.

Paris est pour elle un formidable terrain de jeu où les vitraux sont partout, même là où on ne les imagine pas toujours.

Le parcours de Marie Pierre est ce que l’on peut qualifier d’atypique dans l’univers de l’artisanat. Originaire du Berry, elle a fait une partie de sa vie professionnelle dans l’import export. Mais Maire Pierre n’y trouve pas son équilibre professionnel et personnel. Avec les années, une certaine forme de mal-être s’est installé. En 2014, elle décide de se lancer en suivant une formation intensive dans le vitrail qu’elle a déjà pratiqué. Elle y voit une sorte de rédemption et le vitrail sera désormais son projet, sa raison de vivre. Elle fonde au printemps 2016 « l’Ame du vitrail » qui porte bien son nom; puiser au coeur d’un savoir-faire ancestral pour redonner vie à des vitraux tout en n’hésitant pas à créer de nouvelles choses. 

Marie Pierre Bouaziz innove tout en respectant la technique traditionnelle du vitrail au plomb mais aussi la technique Tiffany, le fusing, la peinture sur verre.

 

Marie Pierre Bouaziz ne se fixe pas de barrière créative et collabore avec les particuliers, les syndics de copropriété, les architectes, les designers, les décorateurs d’intérieur, les administrations publiques ou privées. Ce qu’elle sait aussi faire, c’est sortir du « cadre »si l’on peut dire, pour travailler avec des gens qu’elle apprécie comme Jordane Saget, l’une des figures du Street Art à Paris, qui depuis quelques années, intrigue les parisiens avec ses lignes et ses courbes dessinées à la craie .

Elle explore sans tabou tous les styles, se glissant parfois dans les pas des grands noms du vitrail mais aussi en apportant sa touche singulière faite d’art graphique et de jeu de matière. La décoration occupe une place importante dans ses créations puisqu’elle imagine des objets et des panneaux de verre qui sortent de leur fonction originelle de vitraux de fenêtre (cloisons, panneaux de douche, plafonniers). La lumière est pour elle, l’allié de sa création, car sans les précieux lumens qui le traversent et le transcendent, le vitrail n’est rien.

Très important enfin, la transmission. Marie Pierre qui sait tout des enjeux de la reconversion personnelle et professionnelle propose des cours d’initiation et de perfectionnement aux techniques du vitrail. Elle insiste sur le savoir-faire mais aussi sur le savoir-être. Apprendre, écouter, se remettre en question, se ré-inventer. Ce sont là finalement des questions qui sont au coeur de notre temps. L’artisanat est en ce sens une composante essentielle de la transformation des parcours de vie. Une démarche créative et entrepreneuriale qui demande beaucoup d’audace et de confiance en soi

Marie Pierre utilise sans état d’âme les outils de la communication d’aujourd’hui. Elle est très présente sur Instagram et sur Facebook notamment, où elle y voit une porte ouverte sur le monde. C’est un peu de l’artisanat 2.0 avec de l’âme certes, mais aussi de la chair et de l’os, enraciné dans son époque et dans la vraie vie!

Retrouvez Marie Pierre Bouaziz sur Instagram @lame_du_vitrail

Article de thefrenchip